01 juillet 2008

Houellebecq (2)

La semaine dernière j'ai lu deux petits romans, de 150 pages chacun: La Chute de Camus et La Sonate Kreutzer de Tolstoï – je lis beaucoup dans les transports en ce moment. Ça doit être un phénomène de synchronicité, mais à chaque fois j'ai retrouvé le même sujet, et le même que dans Les Particules élémentaires: un individu dont les liens humains et affectifs sont proches du zéro et notamment dont les relations avec les femmes sont méprisantes et utilitaires. Différentes époques, différents environnements, différentes morales mais à chaque fois le même constat terriblement négatif et pessimiste.

Conclusion: le phénomène décrit par Houellebecq n'est pas nouveau, il n'a pas été créé par la révolution sexuelle ou par le capitalisme. Peut-être même en a-t-il toujours été ainsi. Peut-être les hommes – et parfois aussi les femmes – ont de tous temps tout fait pour satisfaire leurs désirs primaires. Peut-être que les systèmes moraux n'ont-ils toujours que tenté de lutter contre ces tendances et qu'ils n'ont explosé que récemment, c'est pourquoi elles n'en sont que plus évidentes. Peut-être que nous avons toujours été égoïstes, tout simplement.

Montrer cet état de fait est une chose. Croire que c'est la seule chose qui existe, le seul possible, c'en est une autre. Faire tomber les illusions est bien, pas vivre dans le désenchantement. Je crois que nous pouvons être seuls, perdus, matérialistes, individualistes, mais pas que, comme dit une fille que j'adore. Et je continuerai toujours à y croire. Je plains les autres.


Les fournisseurs d'accès à internet (les FAI) ont récemment déclaré publiquement qu'ils sont eux aussi contre le projet de loi Olivennes, rebaptisé projet de loi Création et Internet, après les associations de consommateurs et les eurodéputés entre autres. En gros, tout le monde est contre. Mais la loi risque d'être votée quand même est être applicable le 1er janvier 2009 parce que ce qui prime aujourd'hui ce n'est plus la volonté du peuple mais la logique économique. Les lobbys seront encore une fois plus forts que la voix des citoyens – dans son premier sens et dans son sens politique. Alors, quoique vous en pensiez, il faut continuer à s'informer, à en débattre, à s'exprimer aussi souvent que possible, à aller voir vos députés et les associations. Ce sera peut-être une nuée de mouches contre l'éléphant qui avance, mais au moins on ne sera pas une fois de plus restés les bras croisés.

Posté par nicocans à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Houellebecq (2)

Nouveau commentaire